Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

André Flahaut

André Flahaut

Ministre d'État, Ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Président honoraire du Parlement


Un hommage au travail

Publié par le Blog d'André Flahaut sur 5 Juillet 2012, 12:57pm

Catégories : #News

Quatre sites miniers belges, symboles de la révolution industrielle, viennent d’être reconnus par l’Unesco comme patrimoine culturel de l’humanité. Je me réjouis tout particulièrement de ce choix, au premier comme au second degré.

 

Une reconnaissance internationale est toujours une légitime fierté.

Il y a des précédents : les beffrois, les béguinages flamands, la cathédrale de Tournai, il y a les maisons Horta, la Grand Place de Bruxelles …trésors architecturaux érigés au nom des religions et des affaires, maisons de la haute bourgeoisie, maisons de riches marchands, la gloire des princes des églises …

 

Avec le Bois du Cazier, Blegny-Mine, le Bois du Luc, le Grand Hornu, il y a certes l’élan du grand capital, les exigences  de l’industrie métallurgique  au sommet de sa réussite, la « modernité » mais il y a surtout des hommes envoyés sous terre, rampants aux côtés de chevaux aveuglés, le film « Misère au Borinage » d’Henri Stork, des familles achetées en Italie, la salle des pendus et les lampes salvatrices qui orneront un jour la cheminée de ceux qui auront pu survivre jusqu’à la retraite.

 

C’est la reconnaissance d’un patrimoine sans esthétisme, sans ors ni finesses,  c’est la mémoire d’un labyrinthe qui a déstabilisé les sols et silicosé les poumons. C’est un hommage au travail dans  ce qu’il a pu avoir de plus rude, c’est la mise en lumière au niveau mondial d’une page de notre Histoire, quand elle s’écrivait encore en noir et blanc et en l’occurrence par le noir du charbon, de l’obscurité, du deuil et n’était blanche que par le ruissellement de la sueur et des larmes de visages devenus tous pareils.

 

Autrefois, la menace aux enfants turbulents était « tu iras à la mine »

Plus tard, aux petites filles paresseuses, on prévoyait « tu seras caissière »

Aujourd’hui, même aux plus méritants, il arrive que le chômage soit la menace.

 

Les chevalements ont été les beffrois de bois ou de métal des bassins houillers. L’UNESCO l’a compris.

 

André Flahaut

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents