Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

André Flahaut

André Flahaut

Ministre d'État, Ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Président honoraire du Parlement


Hommage rendu au Comte Yves du Monceau de Bergendal lors de la rentrée parlementaire

Publié par le Blog d'André Flahaut sur 8 Octobre 2013, 14:28pm

Catégories : #Discours

 

octobre-2013-8295.jpg

Mesdames, Messieurs,

 

Chers collègues,

 

C’est avec émoi que nous avons appris le décès, le 27 juillet 2013, de notre ancien collègue le comte Yves du Monceau de Bergendal, surnommé le « gamin du Stimont », à l’âge très honorable de 90 ans. Ce n’est pas une, mais plusieurs vies qu’a vécues Yves du Monceau.

 

Né le 23 octobre 1922 à Uccle, il découvrit bien vite le hameau du Stimont à Ottignies, base d’envol de nombreuses aventures militaires, politiques et économiques. Jeune homme, après ses études à l’école abbatiale de Maredsous, il fut lancé sur les routes de l’exode en raison de la Seconde guerre mondiale, routes qui l’amenèrent dans le Midi de la France, en Espagne, au Maroc et en Algérie. Par la suite, en 1943, il rejoignit les forces armées britanniques en Angleterre pour participer à la bataille décisive contre le nazisme. Ainsi, actif tantôt dans la brigade Piron, tantôt au service de l’armée canadienne, il participa au débarquement de Normandie et à la libération d’Ottignies.

 

Alors qu’un remarquable destin de général s’ouvrait à lui, Yves du Monceau préféra mener une brillante carrière dans les affaires. Ainsi, il contribua au développement de l’enseigne du Bon Marché tant en Belgique qu’au Congo actuel, enseigne qui devint par la suite GB-Inno-BM. Parallèlement, Yves du Monceau fut aussi un efficace commissaire général adjoint du pavillon du Saint-Siège à l’Exposition universelle de Bruxelles en 1958.

 

Son intérêt pour la chose publique le conduisit à conquérir la même année l’écharpe maïorale d’Ottignies, pour ne la céder que 30 ans plus tard. Entre-temps, il fut un des pères fondateurs de Louvain-la-Neuve, donnant ainsi à sa commune et à sa région un destin peu ordinaire. En effet, l’implantation de l’Université Catholique de Louvain (UCL) sur le territoire de la commune d’Ottignies constitua une formidable impulsion pour la région. Et pour cause, elle entraîna l’établissement de nombreuses sociétés internationales et la concentration de dizaines de spin-off. A vrai dire, Yves du Monceau était un grand défenseur du Brabant wallon dans son entièreté : tout au long de sa carrière, il n’a cessé de plaider pour un Brabant wallon disposant d’une véritable identité propre.

 

On retient également sa carrière parlementaire très active à l’échelon national. Il siégea comme sénateur PSC de 1971 à 1974, puis retourna au Sénat de 1977 à 1985. En 1985, il devint membre de la Chambre des Représentants. Il siégea au sein de notre Assemblée jusqu’en 1988 et s’intéressa particulièrement aux affaires étrangères, à la défense nationale, à l’intérieur et aux questions économiques. Il fut à l’origine de la première proposition de loi pour la moralisation de la politique et à l’initiative de la mise sur pied du Comité de bioéthique.

 

Finalement, en 1995, Yves du Monceau vit son rêve se concrétiser : la province du Brabant wallon devint réalité, mais Ottignies-LLN n’en devint pas le siège. Qu’à cela ne tienne, il réussit par contre à obtenir le statut de ville pour Ottignies-LLN.

 

Yves du Monceau était un vrai gentleman, un homme sincère, raffiné et bienveillant, qui jouissait d’un grand respect. Il laissera le souvenir d’un homme dévoué aux causes qu’il défendait et pleinement investi dans ses missions. C’était non seulement un visionnaire, mais aussi un homme de terrain proche de ses concitoyens.

 

J’ai présenté à sa famille les condoléances émues de notre assemblée.

 

André Flahaut

 

Ministre d’Etat

Président de la Chambre des représentants

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents