Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

André Flahaut

André Flahaut

Ministre d'État, Ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Président honoraire du Parlement


Discours prononcé à Rabat le 10 juin 2013 à l’occasion de la signature de l’accord de partenariat entre la Chambre des représentants de Belgique et du Maroc

Publié par le Blog d'André Flahaut sur 12 Juin 2013, 09:33am

Catégories : #Discours

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les parlementaires,

Chers amis,

 

Permettez-moi tout d’abord de vous remercier pour votre invitation et pour la chaleur de votre accueil, pour votre hospitalité à l’image de ce pays généreux et attachant.

 

Le Maroc et la Belgique ont tissé depuis près de cinquante ans – j’y reviendrai – des liens intenses et précieux, fondés sur le respect, les apports réciproques et la solidarité.

 

Saluons l’excellence et la richesse de nos relations bilatérales, des relations multiples, couvrant de très nombreux domaines : la coopération au développement, la coopération militaire, les échanges commerciaux, les investissements, la culture, pour n’en citer que quelques-uns.

 

Chers collègues et amis,

 

La Belgique est particulièrement attentive aux développements politiques récents du Maroc et nous soutenons, bien entendu, l’évolution démocratique de votre pays et le renforcement de l’Etat de droit.

 

A ce titre, et en tant que Président du Parlement belge, je salue l’adoption de la nouvelle Constitution marocaine, un texte incontestablement ambitieux auquel la population a également apporté un soutien massif.  

 

Je me réjouis à la lecture de votre Constitution dont je ne citerai qu’un passage, tiré du préambule : « Fidèle à son choix irréversible de construire un Etat de droit démocratique, le Royaume du Maroc poursuit résolument le processus de consolidation et de renforcement des institutions d’un Etat moderne, ayant pour fondements les principes de participation, de pluralisme et de bonne gouvernance.

Il développe une société solidaire où tous jouissent de la sécurité, de la liberté, de l’égalité des chances, du respect de leur dignité et de la justice sociale, dans le cadre du principe de corrélation entre les droits et les devoirs de la citoyenneté ».

 

Cette Constitution audacieuse, à laquelle vous avez adhéré, rappelle la richesse de l’identité marocaine ainsi que « l’attachement du peuple marocain aux valeurs d’ouverture, de modération, de tolérance et de dialogue pour la compréhension mutuelle entre toutes les cultures et les civilisations du monde ».

Monsieur le Président,

 

Si je me suis permis de citer la nouvelle Constitution, c’est aussi pour souligner le renforcement des pouvoirs du Parlement, pièce majeure du nouveau dispositif constitutionnel marocain. La Chambre des Représentants du Maroc s’affirme, depuis cette réforme, comme un lieu essentiel de débats démocratiques.

 

Vous comprendrez que je m’en réjouis et que je partage cette vision, ce rôle central assumé par le Parlement dans la vie politique de nos pays respectifs.

 

Je souhaiterais à présent relever une caractéristique de nos assemblées parlementaires en Belgique, à savoir la présence de nombreux élus d’origine marocaine siégeant désormais comme députés ou sénateurs de Belgique.

 

Cette évolution (que mon Parti a anticipé) témoigne de l’importance de la Communauté d’origine marocaine en Belgique, de son potentiel politique, social et économique. La Communauté belgo-marocaine est effectivement un vecteur de prospérité partagée entre le Maroc et la Belgique.   

 

Cette évolution relève aussi de la capacité d’intégration de la société belge qui a aujourd’hui un Premier Ministre d’origine italienne, Elio Di Rupo, et une Ministre de la Culture d’origine marocaine, Fadila Laanan, issus d’une immigration réussie, source de progrès pour nos deux pays.

 

Dès lors, la perspective du cinquantième anniversaire de la convention belgo-marocaine du 17 février 1964 relative à l'occupation de travailleurs marocains en Belgique méritera en 2014 toute notre attention. Des événements seront programmés en Belgique et j’émets à cette occasion le vœu que nos deux Parlements participent à la commémoration de cet anniversaire.

 

J’ajouterais un dernier mot sur l’importance de nos Assemblées dans un domaine moins attendu, je veux parler de l’apport de la diplomatie parlementaire. Nos assemblées sont tout aussi importantes que d’autres vecteurs, plus classiques, de la diplomatie. Car la diplomatie parlementaire – que nous pratiquons aujourd’hui, grâce à votre invitation – permet une meilleure connaissance réciproque, accompagne les processus politiques, en particulier le rapprochement entre nos pays, ou encore entre le Maroc et l’Union européenne.

 

Mesdames et Messieurs, Chers amis,

 

Le Maroc est un partenaire de premier plan pour l’Union européenne. Issu d’un Etat fondateur de l’Union, je salue le lancement des négociations en vue d’un accord de libre échange complet et approfondi entre le Maroc et l’Union européenne.

 

Je me félicite également de la stabilité du Maroc dans un contexte régional parfois troublé. Le Maroc a joué un rôle apprécié dans la crise malienne. Le Maroc est surtout un partenaire jouissant d’une grande crédibilité sur la scène internationale, comme en attestent son élection et sa présence au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies et je m’en voudrais de ne pas souligner les termes des résolutions des Nations Unies qui qualifient l’initiative du Maroc de sérieuse et crédible dans le problème du Sahara.

 

La Belgique partage avec le Maroc un intérêt commun pour le continent africain. Nos pays observent les évolutions politiques et la croissance économique se dessinant en Afrique, à tout le moins dans certaines régions d’Afrique dont nous espérons le prompt développement. Au niveau économique, les connaissances et expériences belges et marocaines en Afrique pourraient se compléter et se conforter.

 

Nous sommes aussi reconnus en Belgique pour notre expertise institutionnelle, notamment en matière linguistique. C’est dès lors avec grand intérêt que j’ai pris connaissance  de la reconnaissance officielle de l’amazigh au Maroc.

 

Dans cette perspective, la Chambre des Représentants de Belgique est prête à partager son expérience en matière d’organisation d’une Assemblée parlementaire bilingue.

 

Monsieur le Président,

 

L’amitié est un plaisir qui ne fait que s’accroître, dit la sagesse populaire. Il est aussi affirmé que le respect est le lien de l’amitié. J’ajouterais que ces deux valeurs, l’amitié et le respect, sont fondatrices des liens qui unissent nos deux pays et que la réunion de ce jour, dans votre Parlement, contribue à renforcer. Je vous remercie.

 

André Flahaut

Ministre d’Etat

Président de la Chambre des Représentants

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents