Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

André Flahaut

André Flahaut

Ministre d'État, Ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Président honoraire du Parlement


Discours des voeux à la Fédération PS du Brabant Wallon

Publié par le Blog d'André Flahaut sur 14 Janvier 2013, 16:39pm

Catégories : #Discours

Bon dieu que les années passent vite! Toutes les personnes que j’ai rencontrées ces derniers jours m’ont fait cette réflexion, cela m’a frappé et pourtant, rien n’a été changé à la méthode de calcul.

Il s’agit donc bel et bien d’une impression que le temps s’emballe et que nous ne contrôlons plus le temps qui passe. Nous éprouvons de plus en plus de difficultés à gérer notre temps étant donné que nous sommes pris dans une course aux multiples obstacles que nous appelons tantôt : échéances tantôt contraintes, ou encore objectifs, défis et challenges.

C’est notre époque qui veut cela et l’intensification des réseaux sociaux, l’invasion du virtuel n’arrangent rien, au contraire, cela nous donne l’impression de proximité alors que de plus en plus, nous sommes isolés dans ce monde global, englobant, dirais-je, étouffant même. 

Comment réagir ? Car nous devons réagir ! Comment nous positionner et sur quelles valeurs nous différencier et éviter ainsi de tomber dans l’anonymat ou la médiocrité ?

-          Mais tout d’abord, c’est vrai que le temps passe vite.

Souvenons-nous, il y a un an, nous venions de découvrir notre gouvernement né après des mois et des mois de négociations. (On l’a déjà oublié).

Il y a un an, nous faisions les premières déclarations en vue des élections provinciales et communales d’octobre. Depuis, que de chemin parcouru dans un contexte international toujours aussi difficile et sous un ciel institutionnel belge toujours aussi menaçant malgré les accords déjà mis en œuvre par les votes au Parlement. Il convient donc de poursuivre, d’achever le travail sans se laisser distraire, ni tomber dans les pièges de ceux qui créent les diversions.

Dans nos communes et dans notre province, nous nous sommes bien comportés et les équipes aujourd’hui en place pourront soit poursuivre utilement le travail entamé, soit amener ou ramener la dimension sociale et humaine là où elle n’était pas, là où elle était passée au second plan, par exemple, dans cette province. Province où il y a tant de contrastes et où il fait, à la fois, si bon vivre et si difficile d’exister «quand on n’est pas du bon côté du manche», comme on dit.

C’est donc notre mission première, ici, en Brabant Wallon, dans nos quartiers, nos villages, nos villes et nos communes, de ramener au premier plan la solidarité, que nous soyons dans la majorité ou dans l’opposition. La solidarité, cette valeur que nous incarnons le mieux par notre histoire, nos actes et nos engagements. Cette solidarité qui est plus que jamais indispensable chez nous mais aussi en Belgique, en Europe et dans le monde entier et cela pour la Démocratie vraie et la Paix.

En 2013, il nous faudra plus que jamais reprendre notre bâton de pèlerin pour aller dans un maximum d’endroits expliquer ce que nous faisons, écouter les uns et les autres, continuer à prendre le mieux possible nos responsabilités et les décisions les plus indiquées garantissant la protection de ceux qui en ont le plus besoin tout en assurant une évolution de notre projet dans notre société européenne et belge qui est de plus en plus conservatrice et repliée sur elle-même dans les égoïsmes, dans les nationalismes, le populisme et autres pièges démagogiques. Attention aux « il n’y a qu’à, il faudrait que » qui nous mèneront à notre perte démocratique. D’où, toute l’importance de l’action pour l’éducation citoyenne dans nos écoles, au travers de l’éducation permanente avec la mutuelle notamment. Et  pourtant,  si nous pouvons agir, sur base de cette valeur, avec la mentalité centrale de  la solidarité socialiste, il faudra aussi mettre tout en œuvre pour maintenir en éveil et en action les enthousiasmes découverts ou redécouverts au cours de cette dernière campagne! Il faudra que ces dynamismes s’activent pour préparer par la formation, la présence, la proximité et la disponibilité, les échéances importantes de 2014. Pour cela, notre parti a besoin de stabilité et, une fois pour toute, redisons que ce n’est vraiment pas le moment de nous lancer dans une campagne présidentielle qui, chez nous, exciterait les écuries, détournerait de l’essentiel et offrirait à nos adversaires et aux médias, toutes les occasions et prétextes de nous opposer et de nous diviser au moment où nous avons le plus besoin d’union et de cohésion. Stabilité implique aussi  équilibre dans nos représentations dans les différents exécutifs et aux postes de responsabilités –équilibre dont les wallons, que nous sommes, ne peuvent faire les frais.

De plus, ne dit-on pas qu’il vaut mieux toujours être prêt car on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve ? Et enfin, ne dit-on pas encore que la politique est plus un marathon, une endurance, qu’un sprint sur une courte distance ?

Ceci constitue donc, dès à présent, un premier appel à la mobilisation car le temps passe si vite. C’est aussi  un appel à idées, à suggestions pour l’organisation d’activités ponctuelles ou de longue durées pour affirmer notre présence en Brabant-Wallon, carrefour entre la Wallonie et Bruxelles, et province accueillante des  autres.

Notre valeur essentielle, qu’est la Solidarité, nous devons la décliner dans tous les secteurs : du logement au tourisme, en passant par la petite enfance jusqu’aux personnes âgées, sans oublier la mobilité et la santé. Il faut marquer notre différence de façon significative, visible et concrète. Ce qui nous rend les plus crédibles chez nous, ce ne sont pas des discours, des promesses, des études ou des colloques, mais ce sont des actes, des engagements, des relais et des résultats !

Notre tâche ne sera pas facile. D’ailleurs elle ne l’a jamais été en Brabant Wallon. Mais ma conviction est que nous allons réussir cette démarche indispensable et qui devrait, à mon sens, être entamée partout  en Wallonie et dans la fédération Wallonie-Bruxelles. Car c’est dans cet espace, que demain, nous serons amenés à évoluer et à agir pour nos populations. A cet effet, il s’indique, comme l’a fait J.P. Labille, d’être clair et de dire que c’est sur base de la région que doit s’organiser le transfert de compétences, en évitant de faire croire que demain, on rasera gratis, car ce sera difficile.  

Notre travail politique, notre militantisme, est un mouvement permanent. Il ne peut s’arrêter. Il doit sans cesse aller en s’amplifiant, de personne à personne, de quartier en quartier, de village en village et de ville à ville. Sans relâche, il faut communiquer, dialoguer, expliquer, pour convaincre et faire adhérer à nos idées, à nos convictions, à nos valeurs, pour relever les défis et gagner les batailles qui se profilent devant nous au quotidien mais aussi à brève échéance car les élections prochaines seront déterminantes tant au niveau européen que dans notre pays, nos régions et pour notre quotidien.

Le temps passe si vite que c’est maintenant qu’il faut s’y préparer.  Je compte sur vous et je sais que je le peux.

Bonne année à tous !

André Flahaut

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents