Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

André Flahaut

André Flahaut

Ministre d'État, Ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Président honoraire du Parlement


Au risque de se perdre

Publié par le Blog d'André Flahaut sur 28 Juin 2012, 08:41am

Catégories : #Billets d'humeur

La valse des milliards de dettes et d’aides de la zone euro donne le tournis. A force, le gigantisme devient abstraction et l’on s’en désintéresse. On ne sent plus concerné.

Et pourtant …

Pendant que l’Europe tourne au gré d’un ballon de football en Ukraine, certaines propositions émises à Bruxelles, risquent fort de mettre à mal la souveraineté des états.

 

Certes, on peut déplorer que l’Europe ait sans doute « laissé faire », que les signaux d’alerte aient été ignorés, occultés, déniés peut-être. On peut se demander ce que faisaient les valeureuses agences de notation, muettes de tout signal alarmiste. On peut penser qu’il est un peu tard pour pleurer sur le lait répandu mais il n’est certainement pas judicieux de poursuivre le n’importe quoi, d’agir dans l’improvisation et de prôner des mesures  susceptibles de réduire le pouvoir décisionnaire des états.

 

En Belgique, la Chambre est compétente pour ce qui concerne les finances de l’Etat fédéral. Elle seule vote les budgets et les comptes. La Chambre est l’assemblée des représentants élus de la nation. Elle est donc la voix du citoyen.

 

Certains à l’Europe aujourd’hui proposent un renforcement du contrôle des budgets nationaux par l’intermédiaire d’un pouvoir accru accordé aux instances de la zone euro. Ces instances seraient en droit d’exiger des modifications des budgets nationaux, donc de remettre en cause les politiques nationales choisies par l’électeur.

 

Le but ultime étant la création d’une union budgétaire à part entière et remettrait en cause,  à tout le moins partiellement – le Traité européen. Le principe de solidarité serait dorénavant conditionné à la mise en place de cette supervision unique.

 

Je ne nie pas la gravité de la situation économique et budgétaire, je refuse simplement que l’on nous propose de choisir entre la peste et le choléra, entre une hiérarchisation des valeurs où les intérêts financiers prendraient le pas sur la solidarité,  entre le renforcement d’un pouvoir bancaire supranational et l’éclatement de la zone euro.

 

La liberté des peuples à décider de leurs choix de vie et de société n’a pas à s’aliéner aux ambitions des financiers.

Au risque de la perdre ….

 

André Flahaut

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents