Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

André Flahaut

André Flahaut

Ministre d'État, Ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Président honoraire du Parlement


André Flahaut instaure le dialogue

Publié par le Blog d'André Flahaut sur 22 Février 2011, 10:18am

Catégories : #News

André Flahaut répond aux citoyens internautes qui manifestent leur impatience sur  la toile et transmettent leur « ras-le-bol » aux politiques.

Depuis quelques jours, un grand nombre de courriels arrive dans la boite mail du Président de la Chambre des Représentants comme dans celle de nombreux élus (camping 16, Pas en notre nom-Niet in onze naam,…).

Il tient à répondre à chacun et espère ainsi établir une forme de dialogue constructif avec la population.

En toute transparence, ce courriel est également publié ici sur son blog.

 

Madame, Monsieur,
Chers citoyens internautes,

Ces derniers jours, je suis -avec d’autres- massivement interpellé par des citoyens, comme vous, impatients face à la durée des négociations en cours.
La situation est difficile, j’en conviens, mais il m’apparait qu’il y a lieu de relativiser certaines affirmations et de rétablir certaines vérités.

Tout responsable politique, au sens premier du terme, est lui aussi, préoccupé, fatigué, voire irrité, peut-être parfois découragé mais le sens du devoir et des responsabilités prime, quels que soient les écueils.
Au Parti Socialiste, notre priorité est de répondre au mandat que les électeurs nous ont confié.
Nous sommes favorables à une nouvelle réforme de l’Etat encore faut-il qu’elle soit durable, équilibrée ET que soit assuré le bien-être économique de chacun.

Je tiens à rappeler ici que j’ai invité à la discussion les organisateurs de la manifestation « Pas en notre nom – Niet in onze naam » ainsi que les responsables de l’opération « camping 16 ». Ma proposition n’a reçu aucun écho, jusqu’à présent.
De même m’arrive-t-il parfois de proposer de rencontrer des citoyens qui m’ont interpellé.
Une fois qu’il s’agit de donner des réponses concrètes à leurs interrogations et d’engager le débat, …il n’y a souvent plus personne. Le rôle du citoyen ne se limite pourtant pas au seul geste du vote, il doit aussi être celui de la vigilance constante et de l’engagement pratique. Un « clic » sur un clavier ne peut suffire.

J’entends « cela a assez duré ». Si « cela » dure c’est notamment parce que nous résistons à des exigences dont les conséquences en matière sociale seraient catastrophiques. Et qu’est ce que ce « cela » qui a assez duré ?

Certes, avec un gouvernement en affaires courantes, il est des décisions qui ne peuvent être prises mais l’agitation quant à la durée des négociations, me semble rarement constructive, guère plus d’ailleurs que tous les « yaka » lus et entendus en vaines ritournelles.

« Il n’y a qu’à ne plus payer les politiques » Lesquels ? Les négociateurs ? Les ministres en affaires courantes ? Les présidents de parti ?
Cesse-t-on de payer les chercheurs et supprime-t-on les crédits à la recherche parce que 30 ans plus tard on n’a toujours pas trouvé de vaccin contre le cancer et le sida ? Cesse-t-on de rémunérer les enseignants dont les élèves doivent redoubler ?

« Il n’y a qu’à donner le statut de condominium à Bruxelles » Est-ce vraiment crédible d’imaginer que les Bruxellois vont accepter d’être gérés par deux petits états voisins qui n’arrêteront pas de se quereller ? « Il n’y a qu’à en faire un district », comme Washington. Dit-on exactement ce que cela signifie ?

« Il n’y a qu’à faire un referendum » une consultation populaire sur la scission n’aurait aucun sens. Scission en 2, en 3, en 4 ? Avec quel partage de la dette publique ? Et les chemins de fer ?...

« Il n’y a qu’à faire appel à l’Europe » L’Europe ne connait rien à nos institutions. Nous sommes encore des adultes capables de régler nos problèmes

« Il n’y a qu’à faire appel à des experts » Nous le faisons régulièrement car les éléments de nos discussions doivent être corrects mais la responsabilité des choix doit rester politique.

Les exemples foisonnent.

Ce type de commentarisation de la situation politique est non seulement stérile mais contreproductif. Il participe à la dé-crédibilisation des élus et délivre une image tronquée, partielle et simpliste de la réalité politique.
Ce n’est pas non plus de lynchage épistolaire ou médiatique qu’a besoin notre pays. Il a besoin d’une compréhension de la logique de notre système et d’une intelligence de la réforme de celui-ci. Nos questions sont complexes, elles appellent des réponses nuancées, progressives, adaptées aux divers contextes institutionnels et respectueuses des droits de tous, notamment des plus fragilisés de notre société.

Quant aux menaces des sociétés de cotation, je les trouve scandaleusement manipulatrices. Elles ont pour seul but le détournement d’une situation politique difficile à des fins outrageusement mercantiles envers un pays qui ne se porte pas plus mal que ses voisins européens et dont, notamment la présidence européenne a été unanimement reconnue.

Vous me permettrez encore de préciser qu’au PS, nous ne souhaitons clairement pas de nouvelles élections. Elles ne pourraient qu’être vaines, absurdes et parasites. L’arithmétique électorale est là, notamment à la Chambre des Représentants. D’autres élections ne simplifieraient pas la donne.

Je comprends certaines impatiences, certaines lassitudes, certaines incompréhensions. Le citoyen est-il incapable de comprendre que nous travaillons avec sérieux et force de convictions, avec minutie et sincérité, avec la volonté de trouver les compromis qui respecteront le bien être de tous et la dignité de chacun ?

Ce combat, c’est en votre nom qu’au PS, nous le menons.

C’est en réitérant ma disponibilité pour une discussion franche et ouverte que je vous assure Madame, Monsieur, de mon écoute et de mes sentiments les meilleurs.


André Flahaut
Président de la Chambre
Ministre d’Etat

Commenter cet article

Steenis Paul - Chastre 28/02/2011 16:54


J'ai assisté le 8 février à votre conférence débat sur où vous étiez assisté du professeur M. Quevit, donnée à Blanmont sur le sujet de son livre Wallonie-Flandre. Elle a retenu toute mon attention
et m'a donné la confirmation chiffrée d'éléments bien connus et constatés au cours de ma longue carrière professionnelle en tant qu'indépendant. Pour conclure, il est un fait que l'Histoire est un
perpétuel recommencement à des niveaux différents. Si aux 19ème et les 3/4 du 20ème siècle en Belgique, le Nord avec un énorme potentiel de main d'oeuvre peu spécialisée et bon marché s'est
développé avec avec les capitaux venant du Sud plus prolifique, il en est pareil au 21ème siècle, au niveau mondial, la Chine, l'Inde, avec le même potentiel main d'oeuvre se développent avec les
capitaux occidentaux.

Je ne fais pas et je n'ai jamais fait de politique, j'ai toujours voté selon ma conscience, parfois mon intérêt et souvent pour les gens que je connaissais et appréciais. Je vous ai très bien connu
depuis vos 20 ans et vous méritez la place que vous occupez.

A près de 80 ans, l'avenir de la Belgique, je dois dire que peu m'en chaut, mon fils fait carrière à l'étranger et ne reviendra peut être jamais s'y fixer ? Il a vécu et travaillé 9 ans en
Suisse dans un centre de recherches appliquées. Je lui ai souvent rendu visite et connaissons bien le pays. Nous discutons parfois actuellement des questions politiques et nous en concluons que la
Belgique pourrait copier ce modèle confédéral helvétique formé de cantons ; on y parle 4 langues officielles, dans un  pays moins peuplé que le nôtre et qui ne compte pas moins de
26 cantons, des grands, des petits, des riches et des pauvres et en exemple la ville de Bâle, 2 cantons bilingues (BS & BL), ville et périphérie, tous avec une large autonomie. Ne
pourrait-on faire de même en Belgique en se basant sur les provinces toutes spécifiques, peu importe le nombre, avec au moins une germanophone et deux bilingues à Bruxelles, la première
Bruxelles-Ville (19 communes) l'autre Bruxelles-Périphérie (Hal/Vilvorde). Il est peut être trop tard aujourd'hui, nous avons un besoin urgent de gouvernement, mais c'est à méditer pour l'avenir.


Pirson 22/02/2011 18:38


Merci de nous permettre de nous exprimer, ceci est le fondement de la démocratie. Afin de clarifier ma position, je ne suis pas affilié à aucun parti et je ne suis pas scotché à un parti. Je ne
suis pas un électeur fidèle, j'ai déjà accordé ma voix à tous les partis démocratiques.Je vote, plus pour les hommes ou les femmes que j'apprécie plutôt que pour une idéologie.

Quand nous sommes devant notre bulletin de vote, nous ne répondons pas à un sondage d'opinion. Obligatoirement nous devons choisir une liste, je regrette d'ailleurs le vote panaché que j'ai souvent
utilisé quand il était encore permis. Choisir une liste ne signifie pas qu'on adhère à 100 % au programme. Chacun à sa raison personnelle.
Aujourd'hui, plutôt que chaque citoyen exprime sa solution, je pense qu'il serait préférable que chacun dise quelles sont les concessions qu'il est prêt à assumer, pour dégager une solution durable
pour le pays.
Moi je suis pour une régionalisation à la Bart De Wever. Mais je suis sans concession pour que Bruxelles ne soit pas une région à part entière. Je suis pour la fin des communautés. Pour B.H.V., je
suis pour une scission, il faut que les habitants des communes flamandes s'intègrent à leur environnement. En compensation,la Flandre doit ouvrir une porte pour relier Bruxelles à la Wallonie.
Prenons notre sort en mains, c'est la seule manière d'assurer un avenir à nos enfants et petits-enfants. Certes nous serons moins riches, et alors. On dit que l'argent ne fait pas le bonheur. Les
Flamands seront plus riches que nous et alors, ils le sont déjà. Il ne peut pas y avoir deux sortes de Belges. Les Luxembourgeois sont beaucoup plus riches que nous, paient moins d'impôts, sont
mieux protégés, est-ce que cela est un problème ?
Soyons derrière les politiciens qui auront un programme pour faire prospérer économiquement la Wallonie, afin qu'elle puisse assurer elle-même sa solidarité.
Assumons-nous que diable, nous ne sommes pas des sous-développés.
Gérard


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents