Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

André Flahaut

André Flahaut

Ministre d'État, Ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Président honoraire du Parlement


Des camps de redressement à l'armée

Publié par blogflahaut sur 20 Février 2007, 09:39am

Catégories : #Billets d'humeur

 

Début du mois, la Belgique est consternée par le meurtre d’un jeune homme de 18 ans , Bart Bonroy, à Ostende. Evénement qui rappelle le douloureux souvenir du décès de Joe Van Holsbeeck moins d’un an avant à Bruxelles. Nous nous sentons tous concernés en tant que jeunes, parents, et politiques par ces drames et nous sommes conscients que des actions doivent être prises. Cependant, je ne suis pas d’accord que ces derniers soient utilisés à des fins politiques dans un moment de grande émotion.
 

Au même moment, en effet, le Ministre de la Coopération au Développement (MR) a suggéré la création d’unités disciplinaires au sein de l’armée pour rediscipliner, sous contrôle judiciaire, les jeunes délinquants violents qui ont perdu leurs valeurs de base. « La caserne plutôt que la prison » a écrit le Soir en guise de titre.
Le Ministre de la Coopération au développement va plus loin en relançant l’idée d’un service civil ou militaire volontaire.
Enfin, Armand De Decker propose d’établir des stages civiques de 15 jours pour les jeunes de 17 à 19 ans, à différentes périodes de l’année scolaire, qui seraient organisés par le fédéral, les Communautés ou l’armée.


Ma réaction dans la presse ne s’est pas fait attendre. Je me suis effectivement dit opposé, voire effrayé par cette idée qui revient, selon moi, à créer des camps de redressement.
 

Il est facile de lancer des idées, sans nuances, à cinq mois des élections, en impliquant les compétences d’un autre département que le sien. Le Ministre De Decker a-t-il pensé à la faisabilité et à la mise en œuvre de celles-ci ? Le service militaire a été suspendu. Les unités disciplinaires n’existent pas au sein de l’armée belge, il faudrait donc les créer ? A aucun moment la question du financement ne fut évoquée non plus.
 

Aurait-il oublié le fait que des peines alternatives et des travaux d’intérêt général existent déjà et peuvent être prestés à la Défense grâce à un accord entre les Ministères de la Défense et de la Justice ? Ce système, non seulement est en place, mais il fonctionne bien et nous sommes prêts à accueillir davantage de jeunes si les juges le souhaitent ou l’estiment opportun.
 

Enfin, je tiens à préciser que la Défense, outre l’accord précité, n’a pas attendu pour soumettre des idées ou agir. Depuis 2001, je propose à une dizaine de jeunes délinquants de centres fermés de m’accompagner et participer avec les militaires à des opérations à caractère humanitaire au Bénin. Les travaux auxquels ces jeunes prennent part sont souvent des travaux de reconstruction en collaboration avec la population locale et les militaires. Ces jeunes sont encadrés d’une part par des éducateurs de l’IPPJ (Institutions publiques de protection de la jeunesse) et d’autre part, sur le plan technique, par les militaires en mission.
Je suis convaincu que ce genre d’expérience est bien plus bénéfique qu’un camp disciplinaire « à la dure » pour les jeunes délinquants.


André Flahaut

Commenter cet article

Marlier Marie-France 09/03/2007 14:43

Monsieur le Ministre,
Je travaille au Musée royal de l\\\'Armée et d\\\'Histoire militaire et j\\\'ai eu l\\\'occasion d\\\'être la personne de référence pour un adolescent de 16 ans, venu effectuer 40 heures de \\\"prestation éducative ou philanthropique\\\". Il avait opté pour des tâches administratives.
C\\\'est \\\"ESCALE\\\" qui organise des prestations éducatives et philantropiques et encadre des jeunes pendant leur prestation. Son passage au Musée a d\\\'ailleurs fait l\\\'objet d\\\'un vrai contrat, signé par lui, par l\\\'assistante sociale de Escale et par moi.
L\\\'intégration de ce jeune a été parfaite. Mes collègues et moi avons pu constater que, à chaque lundi de prestation, il était de plus en plus détendu et s\\\'est ouvert à nous petit à petit. J\\\'ai entendu sa voix au bout du deuxième lundi ... les jours suivants, il entamait un dialogue (enfin !).
Je suis partante à 100 % pour recommencer cette expérience et donner une chance à ces jeunes écorchés de leur faire connaître autre chose que la violence quotidienne.
L\\\'équipe du secrétariat central du Musée est déjà très soudée au départ. Je pense qu\\\'il est essentiel de faire passer ce courant d\\\'entente cordiale et d\\\'harmonie dans le travail.
Comme mot de fin de mon message, je tiens à vous informer de la manière dont j\\\'ai dit au revoir à notre premier jeune \\\"délinquant\\\" : \\\"Je ne veux plus jamais te revoir pour les raisons qui m\\\'ont fait te connaître\\\". On s\\\'est serré franchement la main et il avait le sourire.
Marie-France Marlier

Patrick Descy 24/02/2007 20:11

Etonnant que lorsqu’un problème de société se pose, certains pensent aussi rapidement à l’armée. En temps normal, on s’arrange plutôt pour
la dénigrer. Les
instructeurs militaires sont aussi bien formés à encadrer des jeunes délinquants violents que les fonctionnaires de la poste à faire du sauvetage en mer ! Mais il est certainement plus facile de reporter la responsabilité sur un département où l’on n’augmentera pas le budget, que de donner les moyens aux services compétents déjà existants. Un début de solution consiste à promouvoir la Citoyenneté, le respect des différences, le respect des valeurs démocratiques, le dialogue entre générations, et une perspective d’avenir. Voilà ce dont nos jeunes citoyens ont besoin.
 

jean hoofd 20/02/2007 14:39

Il est non seulement plus facile d'émettre des propositions claironnantes que d'évaluer les impacts en amont et en aval, mais surtout , que de réfléchir aux véritables causes ( ô combien nombreuses et variées il est vrai ) de ces actes abominables. Traîter les délinquants avérés ou en devenir, jeunes ou plus âgés, qui volent par nécessité ou tuent sans même se rendre compte de leur acte ne requiert pas la même approche ni les mêmes applications de peines. Par contre, changer notre monde de tous les jours et de partout pour remplacer la recherche de l'argent à tout prix ( c'est le cas de le dire ) par un vrai équilibre entre les peuples d'abord, entre les êtres humains ensuite ( ou est ce le contraire ? ), en encourageant ou simplement en jetant les bases d'une société moderne , juste , égalitaire vers le haut, où chacun a une vraie place et un vrai rôle à jouer de manière reconnue , en respectant des valeurs qui peuvent être universelles ( comme le réel respect de l'environnement par exemple )...que voilà un très vaste programme ( plus qu'électoral ) pour les décennies à venir , à mettre en place PARTOUT ! ...mais je rêve sans doute ! Merci déjà à vous  André ou Elio de permettre au moins ce type de "rêve".
jean 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents