Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

André Flahaut

André Flahaut

Ministre d'État, Ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Président honoraire du Parlement


Aider les étudiants à préparer l'avenir

Publié par Le Ministre sur 9 Février 2007, 14:42pm

Catégories : #Billets d'humeur

Ce constat, lu dans la presse : « Les étudiants vivent de plus en plus chichement, et avec l'angoisse de ne pas trouver de travail avec leurs diplômes. »
Longtemps les études ont symbolisé la voie royale vers  la promotion sociale.
La concurrence économique exacerbée qui caractérise notre époque a cependant réduit le diplôme au rang de condition nécessaire mais plus suffisante d'accès à l’emploi.
Encore faut-il avoir les moyens de payer des études.
J’estime que les sacrifices des parents,  à juste titre inquiets pour l’avenir professionnel de leurs enfants, ne peuvent  couvrir à eux seuls  le coût élevé de l’enseignement supérieur. Entre droits d’inscription, achat de matériel pédagogique, frais de transports, les parents sont contraints eux aussi de vivre de plus en plus chichement sans pour autant éviter la précarité à leurs enfants.


Pourtant, seule une  formation de qualité dispensée au plus grand nombre sera à même de relever les défis de l’avenir. Je refuse donc la sélection par l’argent qui interdirait aux enfants des milieux modestes l’accès aux nouveaux savoirs sans lesquels on ne peut ni déchiffrer ni intégrer notre société technologique.


Les différentes aides traditionnelles  (bourse d’études, réduction du droit d’inscription selon les catégories de revenus) ne me semblent plus adaptées à la situation d’aujourd’hui. J’observe d’ailleurs que les étudiants boursiers connaissent des difficultés financières persistantes. Nombreux sont les étudiants contraints de travailler. Leur taux d’échec est supérieur à la moyenne. Les abandons sont très souvent motivés par des raisons économiques.
Tout cela a comme  résultat  une inégalité croissante devant les études.


Je propose donc de nous inspirer de l’exemple de certains pays scandinaves qui  attribuent un salaire étudiant. Je rappelle aussi que la Défense donne une formation aux jeunes volontaires qui perçoivent un salaire, sont nourris et logés. Il serait dès lors possible d’explorer cette voie dans le domaine civil.


J’entends déjà les esprits chagrins déplorer l’absence de moyens budgétaires, les belles promesses irréalisables. Je répondrai que la politique est affaire de volonté. Pour ma part je me suis toujours efforcé d’étendre les champs du possible.


André Flahaut

Commenter cet article

JEAN 28/03/2007 20:15

Le sujet des moyens financiers insuffisants alloués aux étudiants, ainsi que les échecs récurrents qui en résultent est, à mon sens, d'une actualité implacable.
Même  les étudiants qui, au prix d'efforts exorbitants, arrivent au bout de leur cursus, n'arrivent pas à trouver un emploi. Très souvent, les employeurs leur demandent un certain nombre d'années d'expérience, qu'ils n'ont évidemment pas encore.
 
J'aimerais vous demander, son Excellence Mr. Le Ministre, si l'Etat ne pourrait pas imposer aux entreprises, par an,  d'embaucher un nombre minimal de chercheurs d'emploi qualifiés. Cela les contraindrait alors de revoir leurs méthodes de recrutement. Cela pallierait aux problème lancinant du chômage élevé des diplômés sans expérience professionnelle.
 
Je vous remercie infiniment de nous avoir proposé ce sujet  combien  pertinent.
 
Jean
Chercheur d'emploi
Diplômé en Informatique / Langues (NL - ANGL) / Comptabilité
LIEGE

JEAN 28/03/2007 20:03

Le sujet des moyens financiers insuffisants alloués aux étudiants, ainsi que les échecs récurrents qui en résultent est, à mon sens, d'une actualité implacable.
Même  les étudiants qui, au prix d'efforts exorbitants, arrivent au bout de leur cursus, n'arrivent pas à trouver un emploi. Très souvent, les employeurs leur demandent un certain nombre d'années d'expérience, qu'ils n'ont évidemment pas encore.
 
J'aimerais vous demander, son Excellence Mr. Le Ministre, si l'Etat ne pourrait pas imposer aux entreprises, par an,  d'embaucher un nombre minimal de chercheurs d'emploi qualifiés. Cela les contraindrait alors de revoir leurs méthodes de recrutement. Cela pallierait aux problème lancinant du chômage élevé des diplômés sans expérience professionnelle.
 
Je vous remercie infiniment de nous avoir proposé ce sujet  combien  pertinent.
 
Jean
Chercheur d'emploi
Diplômé en Informatique / Langues (NL - ANGL) / Comptabilité
LIEGE

Patrick Descy 18/02/2007 11:05

La Défense est très proactive en la matière, et permet à de nombreux étudiants de suivre des études financées par l\\\'Armée.L\\\'idée d\\\'allouer une prime annuelle à l\\\'étudiant qui souhaite signer un contrat d\\\'engagement en fin d\\\'études pourrait aussi donner lui à réflexion, que ce soit à la Défense ou dans une entreprise civile. Cette possibilité serait déjà envisagée pour le  Corps médical militaire dans un futur proche, pourquoi ne pas l\\\'étendre ? Je profite de l\\\'occasion pour remercier le Ministre de la suite très favorable qu\\\'il a donné à notre requête concernant l\\\'opportunité donnée aux étudiants en stage de fin d\\\'études. Les possibilités mises en place à la Défense permettent maintenant aux jeunes de réaliser des stages et TFE avec une sérieuse option sur un engagement futur au sein du Département. Encore une belle preuve de son pragmatisme.Patrick DescySecrétaire permanentCGSP-Défense

karine 10/02/2007 18:48

Chiche !

Nicolas Joachim 09/02/2007 15:35

L'idée est tout à fait pertinente....et demande réflexion mais surtout ACTION!!!
D'une manière générale, déjà, pour obtenir une bourse d'étude, le plafond de revenus des parents n'est plus adapté à la réalité socio économique actuelle.
En clair, il faut déjà être issu d'une famille avec non pas peu de moyen financier, mais vraiment très peu de revenus...voir les montants sur le site de la communauté française...
Aussi, d'un point de vue psychologique, comment voulez vous vous concentrer pleinement sur vos études quand vous pensez chaque jour comment vous allez nouer les deux bouts pour les assumer financièrement....Sans compter que vous oubliez tout le reste càd les loisirs et les activités typiquement étudiantes (pas uniquement les guindailles mais les activités culturelles, sportives et autres) créant trop souvent un isolement social de l'étudiant qui ne sait suivre ses pairs qui ont plus de moyen que lui!
Nicolas JOACHIMInstituteurConseiller CPAS à Ittre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents