Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

André Flahaut

André Flahaut

Ministre d'État, Ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Président honoraire du Parlement


Une histoire birmane

Publié par blogflahaut sur 27 Septembre 2007, 14:03pm

Catégories : #Billets d'humeur

 


Myanmar. Le pays merveilleux. C’est le nom officiel de la Birmanie, dirigée par un pouvoir militaire, dont on entend généralement peu parler. En août 1988, un soulèvement populaire avait été réprimé dans le sang. Les sanctions internationales et la suspension des accords de coopération ont accentué l’isolement du pays. Le transfert  des institutions centrales de la capitale   Rangoon  vers la ville de Pyinmana, dans la jungle, en 2005 symbolise cette fermeture au monde. La guerrilla de la minorité ethnique karen contrôle depuis longtemps les zones frontalières avec la Thaïlande. C’est le fameux « triangle d’or », haut lieu de la production et du trafic de drogue en Asie du sud-Est.


L’agriculture et les industries extractives sont les principales ressources de ce pays autarcique. On se souvient d’ailleurs du  rapport du bon Docteur Kouchner, pourtant très à cheval sur les droits de l’Homme,  qui exonérait le groupe pétrolier Total du recours au travail forcé en Birmanie*.
Une femme symbolise le combat pour la démocratie en Birmanie, Ang San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix en 1991 et assignée à résidence depuis plusieurs années.


Dans ce pays bouddhiste la hiérarchie religieuse dispose d’une réelle influence auprès des populations en l’absence d’une opposition organisée. Son engagement dans les manifestations de ces derniers jours –on parle déjà de la révolte safran- donne la mesure du mouvement de protestation.  La Chine, principal soutien de la junte et soucieuse de géopolitique régionale noue des contacts avec des figures d’opposition et encourage une transformation pacifique du régime.
20 ans après, la nouvelle génération birmane réalisera-t-elle les espoirs démocratiques de ses aînés ?

 

André Flahaut

 

*Il ne faut pourtant pas être expert pour savoir qu’une tyrannie se caractérise notamment par le mépris des droits humains. Et lorsque celle-ci a besoin d’argent elle n’est pas très regardante sur les droits des travailleurs exploités par les compagnies multinationales. C’est pourquoi j’ai toujours prêté personnellement attention au dossier « Total ».
Le 27 avril dernier j’ai encore exercé mon droit d’injonction  positive afin que la plainte d’opposants birmans soit remise à l’instruction par la Justice belge dans le cadre de la compétence universelle.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents