Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

André Flahaut

André Flahaut

Ministre d'État, Ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Président honoraire du Parlement


Le Rebranding Africa Forum souffle ses 3 bougies !

Publié par le Blog d'André Flahaut sur 14 Octobre 2016, 11:26am

Catégories : #News

Le Rebranding Africa Forum souffle ses 3 bougies !

 

 Mon allocution ce 14 octobre 2016

 

Votre Excellence, Monsieur le Président,   

Mesdames et Messieurs en vos titres et qualités,

 

Bonjour,

 

C’est toujours un plaisir de participer au Rebranding Afrika Forum, qui souffle déjà ses trois bougies, cette année ! Au fil des années qui passent, cet événement de la rentrée se confirme comme étant incontournable

Incontournable, oui. Tout d’abord parce que c’est l’occasion de parler de l’Afrique. Or, en Europe, nous parlons trop peu d’Afrique et des choses que nous pouvons faire ensemble. Ensuite, parce qu’il faut des personnes pour porter un projet et le mener à bien. Et, pour cela, il faut établir un contact humain, il faut que des gens se rencontrent, se parlent. C’est précisément ce type d’opportunités que le Rebranding Africa Forum offre. Et c’est bien précieux. Nous sommes en 2016 et l’ère numérique n’a pas gommé l’importance de ces contacts et de ces rencontres. C’est donc toujours un plaisir, mais aussi un honneur, de pouvoir m’adresser à vous à cette occasion.

                                                                   [A l’écoute des citoyens]

Si nous sommes ici entre femmes et hommes d’affaires, ou encore personnalités politiques, il ne faut oublier nos populations et les messages qu’elles nous font passer. En Europe, nous avons pu assister à deux mobilisations majeures ces derniers jours.

D’abord, contre des accords commerciaux déséquilibrés. Je parle du TTIP, l’accord négocié entre l’Union européenne et les Etats-Unis, mais aussi du CETA, avec le Canada. Des citoyens ont manifesté en masse : 15.000 personnes à Bruxelles, 25.000 en Autriche et 320.000 en Allemagne ! Cela fait longtemps que nous n’avions pas vu de mobilisation d’une telle ampleur, et sur une question pourtant si technique.

Partout en Europe, les frontières se ferment et les murs s’érigent, faisant reculer chaque jour un peu plus les valeurs pourtant chères aux institutions européennes. La mobilisation pour défendre ces valeurs doit se montrer à la hauteur du défi.

 

[Burkina Faso]

Au Burkina Faso aussi, le peuple s’est mobilisé pour défendre la démocratie qui lui est si chère. Le peuple a démontré au cours de l’histoire récente sa ferme volonté de demeurer maître de son destin et de se battre pour sa liberté.

La période charnière entre 2015 et 2016, marquée par un coup d’Etat militaire et un attentat terroriste, a été un coup dur pour la population et le pays dans son ensemble.

Mais le peuple burkinabé est resté attaché à ses valeurs de démocratie et l’a démontré et organisant, le 29 novembre 2015, des élections libres et transparentes.

Le nouveau gouvernement mis en place à l’issue de ces élections s’est donné pour mission d’œuvrer à maintenir cette confiance et cette considération renouée avec les autres peuples.

Ainsi,  Son Excellence, Monsieur le Président du Faso, a pris l’engagement, dans son programme politique, de « mener une politique étrangère ouverte au service du développement de son pays, fondée sur la solidarité et résolument engagée dans la recherche de la paix et de la sécurité internationales ».

Le pays a renforcé la collaboration avec d’autre Etats. C’est le cas avec le Royaume de Belgique. La coopération entre les deux pays a été relancée en janvier 2016. Notre  coopération s’articule autour de 3 axes qui sont : la coopération gouvernementale, la coopération décentralisée et la coopération à travers les ONG.

L'économie burkinabè regorge d'énormes potentialités et de réelles opportunités. Je pense notamment aux possibilités de productions agro-sylvo-pastorales, à la jeunesse de la main-  

 

  

d'œuvre et au marché alimentaire ouest-africain de plus en plus dynamique.

Sur le plan social, des mesures sont prises pour améliorer  l’accès de tous, notamment les populations pauvres et les groupes vulnérables, aux services sociaux de base. Des mesures sont également prises pour améliorer l’offre de services publics aux populations. L’autonomisation économique des femmes est renforcée, en facilitant leur accès aux crédits et aux technologies. Dans le domaine de l’énergie, le gouvernement a opté pour l’option d’une transition énergétique vers les énergies vertes et renouvelables, singulièrement vers l’énergie solaire.

Ce sont autant d’opportunités à saisir pour contribuer à faire transformer ces potentialités et opportunités en réussites partagées de tous. En somme, la vision stratégique du Gouvernement est articulée autour d’un volontarisme économique et d’un partage équitable des fruits de la croissance.

 Je le disais toute à l’heure, être à l’écoute des citoyens est une chose importante. Il est donc intéressant que soit entretenu le cadre de dialogue avec la société civile. Car ce cadre permet une interaction et une meilleure prise en compte de la contribution des organisations de la société civile dans les stratégies de développement d’un pays.

Je sais d’ailleurs la société civile burkinabé très active en matière de promotion de la protection sociale pour tous notamment, à travers l’assurance maladie universelle couplée au développement des mutuelles.

Le peuple burkinabé, les femmes et les jeunes en particulier, ont compris que leur destin ne pouvait pas se construire sans eux. Dans ce sens, des outils politiques majeurs, tels que le Plan national de Développement économique et social (PNDSE en sigle), unissent leurs espoirs pour un avenir meilleur.

 

[Scène internationale]

En parlant d’avenir meilleur, je tiens à saluer la désignation d’Antonio Guterres au poste de Secrétaire général de l’ONU. Je n’ai pas de doute quant au fait que son sens politique et son attachement à des valeurs fortes permettront de faire progresser la paix dans le monde. Vous le savez, la valeur de solidarité me tient fort à cœur.

La Belgique souhaiterait d’ailleurs jouer un rôle plus actif dans ce sens. Elle a déposé sa candidature pour occuper un siège de membre non permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU, pour la période 2019-2020. Je pense que sa connaissance de l’Afrique sera un atout majeur qu’il faudra s’employer à valoriser dans cette perspective.

 

Je finirai cette intervention en remerciant chaleureusement Thierry Hot, le fondateur de Rebranding Africa Forum, de m’avoir invité à participer à cet événement.

Je vous souhaite, à toutes et à tous, de passer une excellente journée d’échanges pour voir comment nous pouvons, ensemble, relever le défi de l’industrialisation de l’Afrique.

 

Je vous remercie.

André FLAHAUT

Ministre d'Etat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents