Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

André Flahaut

André Flahaut

Ministre d'État, Ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Président honoraire du Parlement


Entre colère et désespoir

Publié par le Blog d'André Flahaut sur 31 Juillet 2015, 08:47am

Catégories : #Billets d'humeur

Les agriculteurs, les producteurs de lait - en France hier, en Belgique aujourd’hui – manifestent.
Le citoyen qui, parfois,  les a vilipendés pour l’usage abusif de pesticides, pour la pollution des sols, accepte de s’interroger, accepte de les entendre,  de les comprendre et souhaite, j’en suis convaincu, les soutenir. Cela me semble une absolue nécessité.

Je n’ai pas la prétention d’apporter la solution.
Je sais la question complexe et  pleine de variantes. S’agit-il de la fin des quotas, d’investissements trop lourds, de la charge fiscale, de la logique de l’offre et de la demande ? Qui sont les responsables ? Les laiteries, la grande distribution, la somme des intermédiaires, l’Europe ? Je ne sais pas.
Mais  ce que je sais, c’est que la disparition annoncée des petites et moyennes entreprises agricoles, c’est la perte d’un savoir-faire millénaire, c’est la fin de nos paysages, ce sont des lotissements, du béton et de nouveaux chômeurs.

Je ne suis pas dans la nostalgie de nos campagnes d’antan ni des prairies et vergers idéalisés par notre enfance. Je sais que les agriculteurs sont devenus, au fil des exigences environnementales et économiques, de super spécialistes, de fins connaisseurs en matière d’élevage et de culture. Ils ont su s’adapter, moderniser leur matériel et leurs méthodes de travail, ils ont continué de s’investir avec force et ont répondu aux besoins toujours plus pressant du monde d’aujourd’hui.

Aujourd’hui, ils ne sont plus au champ mais dans les rues, désespérés.

Nous sommes tous des consommateurs. Nous pouvons tous intervenir.

André Flahaut

Commenter cet article

Delporte Henri 31/07/2015 20:57

L'Europe a ouvert les frontières : libre circulation des gens, libre circulation des marchandises.La surproduction laitière n'est pas le fait de la grande distribution mais bien la conséquence de la suppression des quotas laitiers.D'où le bradage du prix du lait par les producteurs eux-mêmes : coopératives laitières,gros producteurs laitiers.Ce n'est que le résultat de l'offre et de la demande.Beaucoup de fermiers devraient retourner à la vente directe à la ferme, se tourner vers la culture maraîchère.Je connais 4 fermiers, dans ma région, qui vivent de cette façon et s'en sorte bien.Par contre, la plus grosse ferme de la région est endettée jusqu'au cou.Les emprunts bancaires finiront par le tuer : les banques finiront un jour par lui couper les vivres;la ferme sera reprise par le Boerenbond;il deviendra un employé avec un salaire de base qui variera en fonction des résultats de la ferme dont il ne sera plus le propriétaire.Attendre les subsides de l'Europe pour subsister misérablement n'est pas la solution.Ils doivent se reconvertir dans une agriculture plus saine, respectueuse de son environnement et à l'écoute du consommateur.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents