Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

André Flahaut

André Flahaut

Ministre d'État, Ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Président honoraire du Parlement


Discours prononcé à Nivelles, ce dimanche 25 janvier à l’occasion de la présentation des vœux du PS de Nivelles

Publié par le Blog d'André Flahaut sur 26 Janvier 2015, 14:40pm

Discours prononcé à Nivelles, ce dimanche 25 janvier à l’occasion de la présentation des vœux du PS de Nivelles

Non, je ne me désintéresse pas de Nivelles, comme je l’ai entendu dire quelquefois
Non, je ne me satisfais pas de ce qui s’y passe aujourd’hui
Non, je ne suis pas satisfait de la façon dont cette ville et ses villages sont gérés depuis fin 2006 – déjà 8 ans !
Non, je ne suis pas dans une démarche de refus systématique ou dans une éventuelle rancœur
Et non, je ne suis pas caricatural dans mon analyse de la situation car en libre-exaministe que je suis, je sais faire la part des choses et je sais reconnaître ce qui est bien fait, en toute objectivité.  C’est cependant avec la même détermination que je peux dénoncer les mauvais choix  et résister à ceux qui sont susceptibles de le devenir.
En responsabilités ministérielles aux différents niveaux de l’Etat ou comme Président de la Chambre des Représentants  dans un contexte extrêmement délicat, actif en politique  dans notre Brabant wallon et ses communes depuis plus de 40 ans, je sais combien gérer est difficile.  On ne peut  satisfaire tout le monde, partout, tout de suite et surtout pas en période de restrictions budgétaires.
Je sais prendre des décisions et des responsabilités mais je sais aussi qu’il faut, pour réussir, écouter un maximum de monde et surtout s’interdire de gérer pour un clan majoritaire contre une minorité.
On ne peut réussir qu’avec  l’adhésion et le dialogue et en agissant de façon équilibrée.
Ici à Nivelles, depuis début 2007, avec notre éviction de la gestion de la ville, nous assistons malheureusement à une gestion déséquilibrée.
Un parti dominant, deux satellites serviles et la plupart des représentants au collège et au conseil, muets non par bêtise mais par discipline autoritaire, voilà où nous en sommes !
Et, quand en octobre 2012, après nos bons résultats et des contacts répétés avec le bourgmestre, la députée échevine et l’ancien président du MR et actuel premier ministre, le bourgmestre que j’avais félicité a mis tout en œuvre pour nous maintenir dans l’opposition. Tant pis pour les Nivellois !
Il est évidemment plus facile de mâter, de museler ou d’asservir de petits partis qu’une grande formation.
C’est dommage, c’est ainsi et je crains qu’enfermé dans ce confort majoritaire, certains croient que rien ne peut plus leur arriver.
Et pourtant !
Et pourtant les difficultés sont devant eux !  C’est au pied du mur que l’on verra le maçon …
Parce que jusqu’à présent, grâce notamment au confortable matelas financier laissé par les socialistes au pouvoir avant eux, ils ont eu facile et pourtant ils ont mal géré.
Conclusion ? Ce seront ses successeurs et la population qui auront à assumer les conséquences de cette gestion bling bling à la Sarkozy qui privilégie le paraître à l’être, l’instantané au durable et la communication au contenu.
Dalida dirait « paroles et paroles …. »
Au final,  rien que du superficiel, rien de solide, rien de durable
On s’occupe des vitrines mais rien derrière. Tristes commerces dont on croit qu’en sauvant artificiellement la face, on rendra vigueur à l’économie locale … On subit sans prévoir, on se soumet sans résister aux promoteurs
On fait tout pour éviter de déranger et mis à part certaines manifestations récurrentes et avec des fortunes diverses, on veut éviter d’innover et on ne donne pas à Nivelles la place qu’elle mérite en Brabant wallon, en Wallonie et en Belgique,  pour ses habitants, actuels et futurs.
Plus on avance et plus on se fait dépasser mais le Bourgmestre est content là où il est et de ce qu’il a.

La majorité manque d’ambition pour son patrimoine, pour ce qu’il en reste, (des bâtiments publics remarquables sont vendus sans scrupule à des promoteurs privés).
manque d’ambition pour son commerce,
manque d’ambition pour son image
manque d’ambition pour sa population et ses nombreux étudiants
manque de professionnalisme dans la préparation et le suivi des dossiers.

Cette majorité a toujours refusé la main tendue. A-t-elle peur de devoir dire merci ou de reconnaître que seul on ne peut rien mais qu’ensemble on peut tout ?

C’est le choix, c’est leur choix, ce n’est pas le bon choix pour Nivelles.
 
Mais nous restons dispos, fiers de nos valeurs de solidarité, de liberté, de fraternité, de notre préoccupation envers les plus faibles et ce, avec des idées concrètes, cohérentes et réalistes faites d’ambitions pour le rayonnement de Nivelles, de ses habitants, de leur présent et de leur avenir.

André Flahaut
Ministre d’Etat

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents